Médias et concentration intellectuelle

o-cerveau-facebook

Les médias nous détournent de toute activité intellectuelle.

Il y a un phénomène que je constate depuis longtemps et dont j’aimerais parler.
Nous vivons entourés par les médias. Que ça soit la télévision, le téléphone, l’ordinateur, les médias sont tout autour de nous, il devient vraiment difficile de s’en isoler.
Et alors, et je ne sais pas si c’est le cas pour vous, mais lorsque j’essaie de me concentrer sur l’apprentissage d’un cours, un devoir de mathématiques, ou tout autre travail qui requiert un effort intellectuel, j’ai tendance à ne pas être capable de rester concentré dessus du début jusqu’à la fin, et entre deux, je divague (vague), je fais un tour sur YouTube, je fais un tour sur Facebook… Et évidemment, j’ai tendance à vouloir jeter un œil au contenu qu’on me propose. Je peux consulter ces sites à n’importe quel moment, on me proposera toujours du nouveau contenu susceptible de m’intéresser (puisque celui-ci est souvent ciblé, basé sur nos goûts). L’accessibilité, et même la sur-accessibilité à du contenu ciblé a tendance à me détourner de mes objectifs.
En plus, on tend de plus en plus à travailler uniquement avec les ordinateurs. En un clic, je peux passer de mon document Word sur lequel je travaille à ma page Facebook par exemple… La tentation de commettre ce clic fatal est souvent bien grande, et a tendance à me coûter cher en temps perdu.

Autant, quand je travaille sur un montage, ou sur une composition musicale par exemple, ou sur quoi que ce soit qui ne nécessite que de la pratique, ayant déjà les connaissances requises, n’ayant pas à fournir de grand effort intellectuel, j’arrive à rester concentrer sur ce que je fais.
Mais dès qu’il s’agit par exemple de lire un texte qui requiert toute mon attention, je suis tiraillé entre ce texte qui nécessite toute ma concentration, et tout le contenu multimédia qui m’est accessible sans que je n’ait à faire aucun effort.

Les activités intellectuelles sont elles-mêmes apportées par les médias

Il y a un phénomène que je trouve assez paradoxal, qui est qu’une partie des contenus multimédias que l’on nous propose cherchent à nous apporter des connaissances sur un sujet. On peut prendre par exemple les documentaires à la télévision, certains films, etc. Sur YouTube surtout, on trouve toute une diversité de chaînes qui cherchent à la fois à nous divertir, afin de garder notre attention, mais aussi à nous délivrer un message, en nous apprenant quelque chose.
Donc au final, les médias nous détournent de notre activité intellectuelle, pour finalement à leur tour satisfaire notre intellect en nous proposant une forme plus divertissante.

Comme le soutient justement l’École de Francfort, le contenu que l’on nous diffuse cherche le divertissement pour nous maintenir réceptif au message, et c’est valable quelque soit le contenu diffusé, même celui qui veut nous faire réfléchir. Nous pensons être libres dans notre façon de choisir ce que nous visionnons, mais au final, nous avons tendance à choisir le contenu le plus divertissant et donc à privilégier la forme plutôt que le fond que l’on veut nous transmettre.
Instinctivement, je vais avoir tendance à préférer écouter une personne avec une bonne voix et un certain sens de l’humour me parler d’un sujet plutôt que de lire un texte me parlant du même sujet mais avec un style plus lourd et un vocabulaire compliqué. (Ce n’est qu’un exemple, il existe des tas de textes où l’auteur fait l’effort d’utiliser des effets de styles et un vocabulaire accessible à tous.)

Nous sommes habitués au divertissement, donc nous avons plutôt tendance à nous instruire avec du contenu qui se veut également divertissant. Cette tendance peut donc nous limiter dans notre faculté à nous concentrer sur un contenu intellectuel qui nous paraît lourd au premier abord.

Nous sommes aujourd’hui très assistés par tous les appareils électroniques qui nous entourent et nous donnent accès aux médias sous toutes les formes possibles. Cette assistance devient quasiment naturelle pour nous, l »information nous parvient sans que nous n’ayons à faire d’effort particulier, et cela fait que lorsque c’est à nous de fournir un effort, cela devient plus difficile.

Un cercle vicieux

Pour conclure, nous sommes soumis à un certain cercle vicieux.
Non seulement les médias ont tendance à nous interrompre dans notre concentration sur un travail qui nécessite un effort intellectuel, mais ils deviennent aussi résultats logiques de notre absence de concentration.
Je suis entouré de médias, donc je n’arrive pas à me concentrer.
Je n’arrive pas à me concentrer, donc je consulte les médias…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s