Le problème de l’éducation

Récemment, je suis tombé sur un article du blog litteratiemediatique.com qui évoquait un court-métrage intitulé « Je suis le machisme ordinaire », réalisé dans le cadre du Nikon Film Festival, que vous pouvez voir ici.

Il s’agit d’un court-métrage dénonçant le machisme, qui apparaît dès le plus jeune âge. Le film est en fait une reconstitution de témoignages que le réalisateur a recueilli sur internet, comme il l’a indiqué en commentaire d’une critique qui lui a été adressée:
« Je n’ai rien inventé, j’ai recoupé divers témoignages que j’ai recueilli et lu à droite à gauche. »
Le court-métrage est qualifié de « court-métrage brillant » par le site Positivr. D’après ce même site, il s’agit d’« un coup de poing puissant mais qui frappe juste et bien là où il est essentiel de taper fort ».

Honnêtement, techniquement parlant, on ne peut pas reprocher grand chose à la réalisation. On sent le professionnalisme chez le réalisateur tant les plans sont soignés. La qualité est bien présente, toutefois, je suis moins fan de l’interprétation des acteurs.
D’ailleurs, sans mauvaise foi aucune, j’ai même ris au début, car l’interprétation des parents de William relevait pour moi du comique. Lorsqu’ils se lèvent chacun leur tour pour expliquer la situation à la mère, leur mouvement est net, on entend même le « whoosh » en bruit de fond, et leur intervention manque pour moi de naturel.
J’apprécie la volonté du réalisateur et le message qu’il souhaite porter, mais je trouve que le texte est un peu surjoué, et c’est ce manque du naturel qui fait que je n’ai pas frissonné, que je n’ai pas ressenti ce « coup de poing » auquel je m’attendais.

Ensuite, et j’en viens à un point sur lequel je souhaite vraiment m’attarder, le vrai problème qui est souligné dans ce court-métrage n’est pour moi pas tant le problème du machisme, mais plutôt le problème de l’éducation.

L’enfant qui commet des attouchements sexuels est-il réellement responsable de ses actes? Je dirais que c’est surtout aux parents que l’on peut en vouloir. On grandit en étant influencé, d’une part et en plus grande partie, par l’éducation qui nous vient de nos parents, et d’autre part, par notre environnement, nos fréquentations.
En fait, nous sommes bien plus réceptifs à l’éducation de nos parents durant notre enfance. Une fois que nous entrons dans une phase d’adolescence, notre éducation de base est faite, nous sommes voué à vivre avec, et il est selon moi très difficile de modifier cette éducation. Bien sûr, différents facteurs extérieurs tels que nos relations sociales, nos expériences, notre découverte du monde, sont en mesure de nous faire mûrir, en quelque sorte de nous « compléter », mais je pense que nous restons fondamentalement ce que nos parents ont fait de nous, indépendamment de notre volonté… Cela peut être une bonne ou une très mauvaise chose, selon encore une fois l’éducation que nous avons reçu.

J’ai une mère professeur des écoles, qui chaque jour parle de ces parents irresponsables et de tous ces enfants qui ne reçoivent pas l’éducation qu’ils méritent, de tous ceux que l’on qualifie de « cas sociaux ».
J’ai beaucoup de peine en me disant que chaque jour, des Hommes sont mis au monde et sont voués à une éducation et des conditions de vie misérables qui leurs sont imposées, sans qu’ils n’aient rien demandé…

Enfin bref, je m’éloigne du sujet de base, mais j’aurais tant à dire là-dessus!

J’espère que ça vous aura tout de même intéressé, n’hésitez pas à laisser des commentaires!

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s